Dash revendique une „catégorisation inexacte“ car ShapeShift retire de la liste des pièces de monnaie de la vie privée

Le retrait de la cote de Dash et Zcash amène certains à s’interroger sur l’avenir des pièces relatives à la vie privée sur les grands marchés boursiers.

Il ne faut pas s’étonner que les régulateurs commencent à s’intéresser de près aux cryptocurrences cette année. Par exemple, alors que le prix du Bitcoin (BTC) continue de monter en flèche, on prévoit que les régulateurs commenceront à prendre des mesures directes – peut-être même à interdire complètement le Bitcoin.

Bien que cette interdiction puisse sembler extrême, les régulateurs ont récemment mis au point l’utilisation de pièces de monnaie confidentielles comme le Monero (XMR), le Zcash (ZEC) et le Dash. Par exemple, en septembre de cette année, l’Internal Revenue Service des États-Unis a offert une prime allant jusqu’à 625 000 dollars aux sociétés de renseignement qui pourraient briser la pièce intraçable Monero.

En outre, le 8 octobre, William Barr, le procureur général des États-Unis, a annoncé la publication d’un document intitulé „Cryptocurrency : An Enforcement Framework“. Produit par la Cyber-Digital Task Force du procureur général, la publication traite d’un cadre pour combattre les „menaces émergentes et les défis d’application de la loi associés à la prévalence et à l’utilisation croissantes de la cryptoconnaissance“.

Bien que le document traite des cryptocurrences en général, le rapport aborde spécifiquement les questions relatives aux „cryptocurrences à anonymat renforcé“, également connues sous le nom de AEC ou pièces de monnaie de la vie privée. Le document mentionne des exemples de ces pièces de monnaie confidentielles comme le Monero, le Zcash et le Dash, indiquant qu’elles sapent les mesures de lutte contre le blanchiment d’argent :

L’acceptation des monnaies de cryptage à anonymat renforcé ou „AEC“ – telles que le Monero, le Dash et le Zcash – par les banques centrales et les darknet marketplaces a augmenté l’utilisation de ce type de monnaie virtuelle. Comme nous l’avons vu plus haut, comme les AEC utilisent des chaînes de blocs non publiques ou privées, l’utilisation de ces cryptocurrences peut compromettre les contrôles LAB/CFT utilisés pour détecter les activités suspectes des banques centrales et autres institutions financières“.

Préoccupations réglementaires et autres défis

Suite à la mise en place du cadre d’application de la cryptodéclaration, ShapeShift, une plateforme suisse d’échange de cryptodéclaration qui opère depuis Denver, Colorado, a retiré de la cote les trois mêmes pièces de monnaie de la vie privée mentionnées.

Bien que ShapeShift ait refusé de commenter la question, Ryan Taylor, PDG de Dash Core Group, a déclaré à Cointelegraph que le réseau Dash a été étiqueté comme pièce de monnaie de la vie privée en 2014. Selon M. Taylor, les hypothèses qui sous-tendent cette étiquette – ou plus fondamentalement encore ce que l’étiquette de la vie privée elle-même signifie – n’ont jamais été revues. „Nous avons pour objectif de corriger cette catégorisation inexacte“, a-t-il fait remarquer.

Taylor a en outre expliqué qu’il n’y a pas eu d’autres développements depuis le retrait de la liste de Dash on ShapeShift. Toutefois, il reste optimiste quant à un partenariat avec la bourse non carcérale pour obtenir la réinscription de Dash. Il a précisé :

„Nous avons réussi à nous faire réinscrire sur un certain nombre de bourses dans différentes juridictions. Ces échanges comprennent eToroX dans l’UE, Kraken et CoinSpot en Australie, et OKEx en Corée“.

Cependant, en raison de la récente réglementation sur les pièces de monnaie confidentielles, il peut être plus difficile qu’auparavant de se faire réinscrire. Miko Matsumura, co-fondateur d’Evercoin – un porte-monnaie et un change mobile – a déclaré à Cointelegraph que le récent cadre américain de mise en application de la cryptocriminalité des monnaies se concentre beaucoup sur les pièces de monnaie de la vie privée, car elles permettent aux utilisateurs d’échapper aux sanctions fixées par l’Office américain de contrôle des avoirs étrangers. „ShapeShift a été un peu lent à adopter les mesures „Know Your Customer“ en premier lieu, donc la pression réglementaire doit être forte“, a-t-il déclaré.

Outre les défis liés à la réinscription sur la liste, d’autres bourses cryptocurrentielles pourraient suivre l’exemple et commencer à retirer de la liste les pièces de monnaie confidentielles. Nathan Catania, un associé de XReg Consulting – une société de réglementation des actifs cryptés – a déclaré à Cointelegraph qu’il est probable que de nombreux marchés de crypto-monnaie commenceront à retirer de la cote les pièces de monnaie confidentielles.

„Cela pourrait être dû à des interdictions totales, ou à des pressions réglementaires plus fortes pour que les fournisseurs de services d’actifs virtuels traitent les pièces confidentielles comme un risque plus élevé aux fins de la lutte contre le blanchiment d’argent“, a-t-il déclaré.

Les deux plus grands marchés boursiers de cryptologie d’Asie – le Japon et la Corée du Sud – prennent déjà des mesures pour retirer de la cote les pièces de monnaie confidentielles. M. Catania a également fait remarquer que même si les pièces de monnaie confidentielles ne sont pas interdites, il faudra encore beaucoup de travail et d’examen pour que les échanges cryptographiques puissent interagir avec les clients qui souhaitent utiliser des pièces de monnaie confidentielles.

Cependant, Catania estime que pour certains échanges, les risques et les coûts ne dépasseraient pas les avantages liés à l’utilisation des pièces confidentielles, de sorte que davantage d’échanges sont susceptibles de retirer les pièces confidentielles de la liste à l’avenir.

Les pièces de monnaie de la vie privée largement utilisées devraient rester sur les bourses

Cependant, certains experts ne sont pas d’accord. Bill Barhydt, le PDG d’Abra – une plateforme de paiement peer-to-peer qui supporte plus de 70 cryptocurrences, dont le Dash – a déclaré à Cointelegraph que Abra travaille en étroite collaboration avec des partenaires de garde tiers.

Il a mentionné que, à sa connaissance, ces partenaires n’ont pas l’intention de retirer de la liste des cryptocurrences qui sont largement utilisées sur le marché aujourd’hui. Dash entrerait dans cette catégorie, puisque sa capitalisation boursière actuelle est la 31e de CoinGecko, avec 9,8 millions de pièces en circulation. En outre, de nombreuses bourses de cryptage conformes aux normes aux États-Unis continuent de prendre en charge les pièces relatives à la protection de la vie privée.

Justin Ehrenhofer, analyste de la conformité chez DV Chain – une filiale de la société de négoce pour compte propre DV Trading, basée à Chicago – a déclaré à Cointelegprah que les bourses, telles que Kraken, qui possède une charte bancaire de Special Purpose Depository Institution dans l’État du Wyoming, soutiennent de nombreuses pièces communes de protection de la vie privée. Il a ajouté que Gemini soutient les dépôts et les retraits protégés de Zcash, en soulignant que l’approche basée sur le risque que Gemini adopte pour Zcash devrait s’appliquer aux dépôts et aux retraits protégés d’autres actifs comme Monero, également.

Dash est-il au moins une pièce de monnaie pour la protection de la vie privée, et cela a-t-il de l’importance ?

Au-delà des spéculations, M. Taylor de Dash Core estime que Dash n’est pas plus une pièce de monnaie pour la protection de la vie privée que Bitcoin : „La plupart des gens diraient que Bitcoin n’est clairement pas une pièce de monnaie pour la protection de la vie privée, il est donc instructif d’évaluer où Dash se situerait sur ce spectre de la vie privée par rapport à Bitcoin“. Il a ajouté : „Bitcoin est absolument plus risqué que Dash d’un point de vue réglementaire pour de nombreuses raisons, tant techniques qu’en termes d’utilisation dans le monde réel“.

Cette notion a également été spécifiquement énoncée dans un rapport sur la réglementation en matière de lutte contre le blanchiment d’argent publié par le cabinet d’avocats international Perkins Coie.

Taylor a également déclaré que l’étiquette de „pièce de monnaie de la vie privée“ n’a pas de sens, car les différentes technologies offrent différents degrés de protection de la vie privée aux différents participants. Selon Taylor, ce qui est pertinent pour ce cas spécifique est la manière dont les bourses et autres entreprises de services monétaires peuvent traiter les risques de conformité AML pour les transactions des cryptocurrences qu’elles soutiennent.

Il est également important de souligner que Bitcoin reste la cryptocouronne la plus utilisée sur les marchés darknet. John Jefferies, l’analyste financier en chef de CipherTrace – une société de renseignement à chaîne de blocs – a également déclaré à Cointelegraph que la frontière entre les pièces de monnaie confidentielles et les bitcoins n’est pas binaire puisque des améliorations de la confidentialité comme CoinJoin et les réseaux de couche deux peuvent également améliorer la confidentialité des transactions de bitcoins.

Blockchain-Spiele sehen während der Pandemie einen Anstieg – kann der Techniker damit umgehen?

Da sich aufgrund der Coronavirus-Pandemie immer mehr Menschen selbst isolieren, haben Spieleplattformen auf der ganzen Welt einen Anstieg des Datenverkehrs verzeichnet. In einem Bericht wird festgestellt, dass das Mobilfunknetzunternehmen Verizon behauptete, dass Online-Gaming-Plattformen einen Anstieg des Datenverkehrs um 75% verzeichneten und das Streaming über das Internet insgesamt um 20% zunahm. Trotz der Tatsache, dass der Anstieg des Datenverkehrs auf Online-Gaming-Plattformen auf die unglückliche Pandemie zurückzuführen ist, wurden Blockchain-Spiele nicht ausgelassen.

Ein kürzlich veröffentlichter Bericht zeigt Microsoft Azure, einen Dienst, mit dem Entwickler Blockchain-Netzwerke für Anwendungen wie Xbox betreiben können und erstmals rekordhohe Latenzzeiten in seinem Netzwerk registrieren, da Spieler in Quarantäne die Xbox-App belasten. Obwohl die meisten Branchenbeobachter zugeben werden, dass Blockchain-Spiele die Zukunft sind, ist die Jury immer noch unschlüssig, ob diese Zukunft nachhaltig sein kann.

Andere Plattformen, die mehr Verkehr gesehen haben

Neben Xbox haben auch andere Nicht-Mainstream-Gaming-Plattformen neue Benutzer gewonnen. War Riders, ein Blockchain-Spiel, in dem Spieler Autos in einer Mad Max-ähnlichen Erfahrung hier bauen und zum Absturz bringen können, soll bei neuen Benutzern über 70% erhalten haben, wobei sich die durchschnittliche Zeit im Spiel erhöht hat.

Laut Sebastien Borget, dem Mitbegründer und COO von Pixowl – einem in San Francisco ansässigen Startup, das hinter einem Blockchain-Spiel namens The Sandbox steht – hat Cryptovoxels, ein Sim City-ähnliches Spielerlebnis in einer Blockchain, ebenfalls zugenommen Anzahl der Benutzer in letzter Zeit.

In Borgets Beobachtungen haben die dezentralen virtuellen Welten von Spielen wie CryptoVoxels, Decentraland und Somnium „einen Zustrom neuer Benutzer gesehen, die sich in der Metaverse treffen und Kontakte knüpfen und ihre eigenen Veranstaltungen, Meet-ups oder sogar Festivals organisieren“. Er fügte hinzu: „Ich denke, das ist großartig und das Ausrichten von Events und das Bereitstellen von Aktivitäten für Spieler innerhalb der Metaverse ist der richtige Weg.“

Borget erwähnte auch, dass die dezentrale Gaming-Plattform Sandbox von Pixowl „ihren virtuellen Land-Vorverkauf vollständig ausverkauft hat und am 31. März in nur fünf Stunden 3.400 ETH generiert hat“. Andere Gaming-Plattformen, die bisher erfolgreich waren, sind unter anderem Cryptowars, das den Start von v2 ankündigt, und Skyweaver, das die Saison 0 startet.

Beim Bitcoin einsteigen

Was treibt das Interesse an Blockchain-Spielen an?

Edward Smith, Mitbegründer und Hauptentwickler von Neblio, einem Blockchain-as-a-Service-Unternehmen, glaubt: „Gaming und Unterhaltung werden einige der größten Gewinner der Krise sein, mit der unsere Welt heute konfrontiert ist, einschließlich Blockchain-basiertem Gaming.“ Laut Smith:

„Mit der Zeit werden wir immer mehr Blockchain-Integrationen in den Sport sehen. Die beiden Branchen teilen viele der gleichen Benutzer, da Gamer zu den leidenschaftlichsten Blockchain-Benutzern gehören.“

Unter den meisten Branchenbeobachtern herrscht allgemeiner Konsens darüber, dass das Interesse an Blockchain-basierten Spielen zunehmen wird, wenn sich mehr Entwickler mehr für Play-to-Earn-Spielemodelle interessieren – wie dies bei beliebten Blockchain-Spielen wie Gods Unchained und CryptoKitties der Fall war. Borget stimmt auch zu, dass das Interesse an der Tatsache größer ist, dass „Blockchain-Spiele die Play-to-Earn-Seite weiter vorangetrieben haben und eine attraktive Alternative bieten, um etwas Geld zu verdienen, während sie Spaß haben und spielen.“

Borget wies Axie Infinity auch auf eines der Spiele im Blockchain-Gaming-Bereich hin, das von „einer wachsenden aktiven Community profitiert hat, die Tipps zum Geldverdienen mit Crypto-Gaming teilt“. Neben der Möglichkeit, zusätzliches Einkommen zu verdienen, ist ein weiterer Faktor, der die Spieler zu Blockchain-Spielen treibt, die Freiheit und Autonomie, die mit der Dezentralisierung einhergeht.

Während die Spielebranche der Blockchain-Technologie einen benutzerfreundlichen Weg für die Massenakzeptanz bietet, kann die Technologie durch ihre Open-Source-, transparente und dezentrale Natur einen Beitrag zur Spielewelt leisten.